L'histoire de Nicolas

Le personnage historique

Nicolas de Myre (grec ancien Νικόλαος Μυριώτης Nikólaos Myriṓtēs ; né entre 270 et 286 à Patara ; † 6 décembre 326, 345, 351 ou 365) est l'un des saints les plus connus des Églises orientales et de l'Église latine. Sa fête, le 6 décembre, est observée dans toute la chrétienté et est associée à de nombreuses coutumes.

Nicolas a travaillé dans la première moitié du IVe siècle en tant qu'évêque de Myra, dans la région d'Asie mineure de la Lycie, qui faisait alors partie de l'Empire romain, puis byzantin, aujourd'hui la Turquie. Son nom grec Nikólaos(de νίκη et λαός) signifie "victoire du peuple" et était déjà utilisé à l'époque pré-chrétienne.

Il y a peu de faits attestés sur la vie du Nicolas historique. Myra in Lycia, aujourd'hui Demre, est une petite ville située à environ 100 km au sud-ouest d'Antalya dans la Turquie moderne. Au IVe siècle, l'endroit était un évêché et les habitants parlaient grec. Les récits de la vie de Nicolas proviennent, par exemple, d'André de Crète (vers 700) et d'un moine Jean du monastère Studite de Constantinople, fondé au Ve siècle. Selon des traditions constantes, Nicolas est né entre 270 et 286 à Patara, une ville de Lycie. Selon la tradition, il fut ordonné prêtre à l'âge de 19 ans par son oncle Nicolas, l'évêque de Myra, puis devint abbé du monastère de Sion près de Myra. Pendant la persécution des chrétiens en 310, il a été emprisonné et torturé. Il a distribué sa richesse héritée parmi les nécessiteux. Ce fait est également rapporté par les évêques les mieux attestés du 4e siècle, Ambroise de Milan et Basile de Césarée, où il est considéré comme un fait historique. Diverses légendes s'enroulent autour de Nicholas à cet égard.

Saint André de Crète et Saint Jean du monastère des Studites rapportent que Nicolas avait pris part au concile de Nicée et y avait giflé son adversaire Arius. Pour cette raison, il a d'abord été arrêté, mais vers la fin du conseil, il a été réhabilité. Nicolas ne figure pas dans la liste des signataires de Nicée, qui est toutefois incomplète. D'autre part, l'évêque Théognis de Nicée, que, selon André, Nicolas a convaincu de l'opinion catholique au Concile, est l'un des signataires historiquement attestés.

Quelle: https://de.wikipedia.org/wiki/Nikolaus_von_Myra

Reliques

Après l'évacuation de la ville de Myra et avant sa conquête par les troupes seldjoukides en 1087, des marchands d'Italie du Sud ont volé les reliques de la tombe du saint dans l'église Saint-Nicolas de Demre et les ont transférées dans leur ville natale, Bari. Les reliques sont conservées dans la basilique de San Nicola, construite spécialement à cet effet. La ville célèbre chaque année une fête en l'honneur du saint du 7 au 9 mai, jour présumé de l'arrivée des reliques à Bari. La statue de Saint-Nicolas est portée en procession de la basilique au port, accompagnée de plus de 400 personnes en costumes d'époque. Il est ensuite emmené autour de la baie sur un bateau. La Fondation turque de Saint-Nicolas, cependant, exige le retour des reliques du saint.

Quelle: https://de.wikipedia.org/wiki/Nikolaus_von_Myra